science-fiction Index du Forum

science-fiction
Un forum sur lequel il est possible de parler de Science-Fiction, autant de la littérature que du cinéma, mais aussi du reste en général.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

"Le Joyau du Temps" (ch.1) Partie 2

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    science-fiction Index du Forum -> Littérature -> Vos créations -> Nostera
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nostera
Pro du forum

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2011
Messages: 395
Localisation: Tours
Auteur(s) préféré(s): Brussolo
Film(s) préféré(s): Les Maîtres de l'Ombre
Acteur(s) préféré(s): Dwight Schultz, Brad Dourif

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 21:24 (2011)    Sujet du message: "Le Joyau du Temps" (ch.1) Partie 2 Répondre en citant

Vous ne l'attendrez pas longtemps:


Voici la deuxième partie du premier chapitre!


___________________________________________________________________________________________________________




- Une pièce unique, qui a bien failli ne jamais être présentée aux yeux du public. L’Histoire rapporte que 
les deux explorateurs, amis d’enfance, qui ont ramené le diamant, se seraient entre-tués sur le parvis-même 
du musée suite à un désaccord concernant la présence de ce joyau hors de son emplacement d’origine…
La vitrine se dévoila pour la millième fois :
- Le Diamant de Gertheros !
La foule enthousiaste applaudit et contempla le diamant dans sa vitrine rétro-éclairée.
- Pas de photographies, je vous prie, cela altère la structure du diamant…


Idiotie pour touristes, bien entendu. Même le Soleil n’avait pas suffi à l’éroder légèrement. Car en réalité, 
ce diamant était indestructible. 
- Tu te rends compte, des potes de toujours qui se tuent à cause d’un foutu caillou ! 
- Ouais, c’est pas à nous que ça risque d’arriver.
Simon et Louis échangèrent leur poignée de main, et Louis repartit dans l’admiration du joyau étrange :
- Tout de même… Tu n’es pas tenté, toi, de suivre leurs traces et découvrir des trésors ?
- Ils ne faisaient pas ça pour l’argent, mais pour l’aventure… Les sensations fortes !


Louis acquiesça :
- Tu es partant ?
- Faudrait qu’on se renseigne sur eux, d’abord. Je vais rapprocher l’objectif…
Discrètement, Simon fit un zoom direct sur le descriptif du diamant.
Il chercha des noms, et photographia ceux-ci :
- On s’en va, j’ai ce que nous cherchions.
Louis le suivit, et ils partirent en direction de la bibliothèque municipale, en quête du maximum d’informations 
sur leurs nouvelles idoles. 


Chacun cherchait sur celui qui l’inspirait le plus. 
- J’ai ! s’écria Simon.
Il plaqua une encyclopédie de spéléologie sur la grande table :
- Dwight K. Weltz. Né en 3045, décédé à l’âge de 60 ans… Comme l’avait dit le guide !
Louis se pencha sur la photographie du drame :
- Ils se sont écorchés à coups de verre pilé ?
- On dirait bien… C’est affreux…


Le commentaire sous l’image était plutôt détaillé.




-- Après avoir placé le diamant dans la vitrine du Museum de Spéléologie de Cologne, Dirk T. Jellwayne aurait 
reçu un coup de poing de la part de son ami et partenaire Dwight K. Weltz, qui serait rentré dans une rage 
effroyable en voyant que le diamant  « N’était pas enterré », selon les paroles de ce dernier. --


-- Dwight K. Weltz aurait ensuite empoigné son partenaire et l’aurait lancé à-travers une fenêtre du Museum, 
l’accusant de le faire passer pour un vieux fou, ainsi que de lui avoir désobéi, selon lui « pour la dernière 
fois ». Encore sonné, le défenestré se serait défendu avant de tomber d’épuisement, comme son partenaire, 
frappé d’un mal mystérieux. --
Louis considéra Simon :
- T’as pas misé sur le bon cheval, on dirait… Il était cinglé, ton Dwight…
- C’était un héros, il a risqué sa vie mille fois là où d’autres ont préféré reculer ! 
- Mais il était cinglé !


Simon grinça : il ne voulait rien entendre, car pour lui, Weltz était le plus grand.
- « Il possédait de l’empathie et un fort magnétisme, dons naturels et innés qui lui avaient permis d’évaluer 
des situations à hauts risques et, selon ses proches, il aurait empêché plus de cent cinquante trésors à-travers 
le monde d’être présentés au public, les jugeant nocifs. »
Louis haussa des épaules, peu convaincu :
- Beaucoup d’aventuriers prétendaient avoir ce don pour revenir chercher les trésors en douce et ne pas avoir à 
partager.
- Mais Weltz était le premier, et il vivait assez chichement, regarde sa maison !


Sur la page suivante, on voyait l’explorateur, encore jeune, assis sur les marches d’une petite maison de bois 
qu’il avait manifestement bâtie lui-même. 
- D’accord, peut-être qu’il n’empochait pas le magot… 
- Alors explique-moi où est l’intérêt d’abandonner un trésor découvert au péril de sa vie ?
Louis resta perplexe. Simon tourna encore les pages :
- Aucun. Tiens, regarde, il a débuté en solo, et son ami d’enfance aurait décidé plus tard de le suivre dans ses 
aventures. « On le décrivait souvent comme une pie voleuse : attiré par tout ce qui brille. » 


Louis souffla, ennuyé :
- Vaut mieux un voleur qu’un vieux fou assassin.
- Il n’est pas dit qu’il volait, et je suis sûr que Weltz n’était pas fou non plus… Tiens, regarde : « La dispute 
ayant conduit au double-meurtre portait sur leur dernière découverte… »
Il tourna la page :
- « Le Diamant de Gertheros, enterré depuis six mille ans dans une région Africaine reculée. On lui prêterait 
certains pouvoirs, que Dwight K. Weltz aurait, dans sa colère, qualifiés de néfastes, et le diamant serait, selon 
lui, un fléau dont l’Humanité devait se débarrasser. »


Louis leva les yeux au ciel :
- Pitié, Simon ! Tu ne vas pas croire tout ce qu’ils racontent ? 
- Il avait sûrement raison ! Et il aura exhorté son partenaire à se défaire du diamant, mais nous savons qu’il 
ne l’a jamais écouté, et ça l’a mis hors de lui !
Simon continua de lire ce qu’il avait trouvé, mais Louis lui colla ses propres recherches sous le nez, comme 
pour le défier :
- « Dirk T. Jellwayne, une sommité dans l’érudition. Savait absolument tout sur tout, même d’avantage que toute 
personne ne pouvait en apprendre. »


-- Après des études poussées, il gagna durant un an le Grand Jeu Quotidien International de Culture Générale, 
après quoi il décida d’user de sa fortune pour acheter l’équipement dont manquait son ami d’enfance, qui devint 
son partenaire d’exploration, Dwight K. Weltz, qui à l’époque se contentait d’un matériel très rustique dans ses 
expéditions ‘suicidaires’. --


-- « Cet homme est plus cinglé qu’un Dègue du Chili, mais je l’adore », avait-il déclaré à la presse Globale, lors 
d’une conférence de presse donnée en l’honneur de leur trois centième découverte : La Cité enfouie de Hurgadarn. 
Dwight K. Weltz aurait en effet, selon certains médecins-psychiatres, des tendances autodestructrices satisfaites 
lors de ses expéditions. Le nombre incroyablement élevé de morts imminentes qu’il aurait  expérimentées serait dû 
en majeure partie à l’absence de moyens dont il disposait au début, mais aussi à son manque total d’estime pour sa 
propre vie. Dirk T. Jellway aurait ainsi partiellement mis un terme à ce suicide permanent. --


Simon haussa des épaules :
- Fou ou pas, Weltz affrontait le terrain sans rien savoir, et il y avait survécu. 
- Ce n’est pas important. Ils se sont complétés au long de leur carrière commune, voilà tout.
- Oui, c’est vrai… Mais je ne peux pas me prétendre digne de Weltz, si…
Louis leva les paumes :
- Là, je t’arrête. Tu vas encore faire un truc de dingue qui va nous attirer des tas d’ennuis.
- Peut-être que je suis réellement digne de Weltz, si je suis vraiment fou. Mais il y a une chose que Weltz aurait voulue…




***




BRAAAAAAAAAAAAAAAT !!! BRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAT !!! BRAAAAAAAAAT !!!
- Je t’avais bien dit que c’était un truc de dingue !!!
- Ta gueule et cours !
BRAAAAAAAAAAAAAAAT !!! BRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAT !!! BRAAAAAAAAAT !!!


Simon et Louis couraient hors du Musée de Spéléologie éclairé comme une piste de dance et tout aussi bruyant. Une fois 
hors de la vue des gardes, ils prirent le tramway mécanique de nuit et ne s’arrêtèrent qu’au terminus. Essoufflés, 
ils s’assirent sur un banc, et Simon sortit de sa poche un gros paquet de tissu noir.Il le posa sur ses genoux et déploya 
l’emballage, dévoilant le Diamant de Gertheros :
- J’arrive pas à croire qu’on a réussi ! Nous l’avons sorti de sa vitrine, et nous ne sommes pas suivis du tout !
- Eh, c’est pas encore fini ! Je te signale qu’on peut pas l’exposer chez nous !


Simon lui adressa un regard déçu :
- Je ne comptais pas le garder, idiot ! Je compte faire ce que Weltz n’a pas pu faire !
Louis lui jeta un œil curieux :
- C’est-à-dire… ? Tu me fais peur, là…
Simon remballa le diamant, agacé d’avoir à préciser sa pensée :
- On va le remettre à son emplacement d’origine. Voilà tout. 


Louis sauta du banc comme si on y avait placé un tapis de fakir :
- NON MAIS T’ES PAS BIEN ?! C’est une chose de voler un diamant dans un musée…
Il déglutit avec difficulté :
- Mais affronter une caverne truffée de pièges mortels tout ça pour remettre un diamant là où il se trouvait… Là, c’est 
autre chose, complètement autre chose !
- J’ai pas dit que tu devais me suivre. 


Simon se leva à son tour, neutre comme un homme déterminé.
- Tu es aussi fou que ton Dwight, redescends de ton trip !
- Je ne suis pas fou, et Weltz non plus. Il valait mieux que ce soit nous plutôt qu’une personne malhonnête, qui dérobe 
ce diamant. Weltz l’a jugé dangereux, donc il l’est. 
Louis le prit par l’épaule :
- Mais nous n’avons pas le niveau de cette expédition ! Réfléchis un peu, nous pourrions être tués avant d’avoir pu 
rapporter le diamant en lieu sûr, et ça n’aurait servi à rien !
- Hmmm… Oui, tu as raison. Mieux vaudrait s’entraîner d’abord.


Louis souffla, rassuré :
- Gardons le diamant caché en attendant. Et pour ne pas attirer les soupçons, continuons d’aller en cours, comme si 
rien n’était. 
- Bien. Cela me parait sensé. 
Louis lui lâcha l’épaule, convaincu qu’il ne tenterait rien. 
- Je te demande surtout de ne pas le faire seul. Même Dwight Weltz était en binôme.
« C’était sans doute son erreur », songea Simon en acquiesçant pour donner le change.


Et ils remontèrent le chemin jusque chez eux, se séparant au croisement de leurs immeubles.




***




- Alors, cosinus de ABC est égal à la superficie de…
- (Où tu l’as caché ?) 
- (Je te le dirai pas, ça vaut mieux…)
- (Roh, allez, sois cool ! J’aurais pu te dénoncer !)
La règle géante frappa l’estrade :
- HERREN Zimmerstein und Klügern ! La GEOMETRIE est au-dessous de vos FACULTES ?
- Hem… Heu, nein, Herr Muskatnuss…


La classe hurla de rire. Le professeur rougit, enragé :
- Musswartschuss ! Herr Musswartschuss, jeune EFFRONTE !
La règle s’abattit sur le premier rang, stoppant le rire puissant des élèves. 
- Allez immédiatement chez le DIRECTEUR ! Et vous AUSSI, Klügern !
Simon se rebiffa :
- Mais, Herr Musswartschuss, c’est lui qui a commencé à me parler !
- Il ne fallait pas lui REPONDRE ! Fichez-moi-le camp !


Le duo quitta les pupitres et s’en vint vers le bureau. Simon fulminait, mais Louis semblait plutôt amusé :
- Eh ben, ça s’arrange pas son problème d’élocution… Chez le DIRECTEUR ! Et vous AUSSI !
Simon l’attrapa par le col et le plaqua contre un mur :
- Ecoute-moi bien : nous tenons sans doute l’avenir du monde, alors il n’y a pas de quoi rire !
Il le relâcha et reprit la route :
- Tu t’expliqueras auprès du directeur. Moi, j’essayais de suivre le cours.
- Tu t’es jamais intéressé à la géométrie, arrête ton char. Et je pourrais encore te dénoncer !
- Tu fais ça, et il t’arrivera la même chose qu’à Dirk T. Jellway, pigé ?


Il avait fait volte-face et tenait Louis par les yeux comme sous le joug d’un fusil. Louis gémit sous l’effroi, 
songeant qu’il valait mieux tenir sa langue… 
- Mais je dis quoi… ?
- Tu te débrouilles de ça, c’est toi qui as commencé.


_________________________________________________________________________________________________________




Et voilà! Bientôt le deuxième chapitre, pas de souci!
_________________
Personne ne peut vivre à l'agonie... Personne...

(Saavedro, Myst III: Exile)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 21:24 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    science-fiction Index du Forum -> Littérature -> Vos créations -> Nostera Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com