science-fiction Index du Forum

science-fiction
Un forum sur lequel il est possible de parler de Science-Fiction, autant de la littérature que du cinéma, mais aussi du reste en général.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Fanfic sur Barclay... et quelqu'un d'autre (Part.3)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    science-fiction Index du Forum -> Littérature -> Vos créations -> Nostera
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nostera
Pro du forum

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2011
Messages: 395
Localisation: Tours
Auteur(s) préféré(s): Brussolo
Film(s) préféré(s): Les Maîtres de l'Ombre
Acteur(s) préféré(s): Dwight Schultz, Brad Dourif

MessagePosté le: Dim 24 Juil - 00:44 (2011)    Sujet du message: Fanfic sur Barclay... et quelqu'un d'autre (Part.3) Répondre en citant

 
- Et ça m’est tombé dessus comme ça, alors que je n’y croyais absolument pas.
- Ce « Looping » vous ressemble si parfaitement que vous pourriez vous faire passer l’un pour 
l’autre seulement en échangeant vos habits. Il était évident que vous aviez un lien de parenté.
- Mais il n’est pas du tout comme moi ! Vous l’avez vu ? Il est complètement fou !
- Asseyez-vous, allons…
 
J’obéis, et Deanna se rapprocha de moi :
- Reg’, cette nouvelle est un choc, et je peux le comprendre. D’autre part, il est vrai que c’est un 
personnage assez excentrique, et mon premier contact m’a laissée plutôt dubitative concernant 
sa santé mentale, mais je ne pense pas qu’il soit réellement aussi fou que vous le pensez.
- Fou ou pas, il ne me ressemble pas.
 
Deanna sourit :
- Je n’irais pas aussi vite à votre place. Je suis persuadée qu’il a choisi de masquer certaines de 
ses difficultés en adoptant un tel comportement.
- Vous l’avez perçu ?
- C’est un esprit assez puissant, pour quelqu’un de son époque, mais j’en ai vu quelque chose.
 
Elle cligna des yeux :
- Et je ne vous dirai rien. Il ne m’a pas donné la permission de divulguer quoi que ce soit.
- Il ne sait même pas que vous lisez dans les pensées !
- C’est vrai. Et je compte bien l’en informer lors de notre séance juste après la vôtre. A ce propos, 
j’ai reçu l’Enseigne Werm, et il m’a dit des choses étonnantes sur votre relation professionnelle.
 
Je lui ai adressé un regard surpris :
- Il vous a parlé de notre amitié ?
- Il n’a pas employé ce mot. « Fraternité » serait plus proche.
- Au contraire de mon soi-disant ancêtre, Elloran me ressemble beaucoup. Et je me suis pris 
d’affection pour lui : c’est un garçon très intéressant.
 
Deanna acquiesça :
- Je n’en doute pas une seconde. Sinon, pourquoi auriez-vous bâti aussi vite une relation aussi 
fusionnelle, allant jusqu’à partager vos secrets directement par connexion mentale ?
- Je me sens bien avec lui. Il me comprend.
- En tant que bétazoïde, je veux bien le croire. Mais même sans l’être, ç’aurait été pareil.
 
Cette conversation m’angoissait quelque peu.
- Excusez-moi, mais… Je ne tiens pas à parler de ça.
- Je peux comprendre. Votre trisaïeul attend, je vais devoir le prendre de toute façon.
Je repassais alors la porte, saluant Deanna, et il était là.
- Ben alors, tu m’en veux toujours ?
 
Je ne pus même pas lui jeter un regard. Il entra, penaud, dans la salle de consultation. C’est à cet 
instant que j’entendis distinctement Elloran appeler au secours. J’ai couru, couru, comme si je 
savais précisément d’où ces cris venaient. Personne d’autre ne semblait l’entendre, mais tant pis, 
j’y étais presque arrivé. Je l’ai trouvé, coincé sous un poste de commande usé qui était tombé.
- Reg’ ? Comment avez-vous…
 
Je l’obligeais à rester allongé sans bouger, tentant de trouver un point d’attache :
- Je vous ai entendu. Laissez-moi faire…
- Entendu… Mais je peux… A peine parler…
J’ai considéré l’évidence : en effet, le poste lui écrasait complètement la poitrine. Difficile de hurler 
aussi fort dans ces conditions.


Je réussis à faire basculer le poste :
- Barclay à Infirmerie. Un blessé grave en salle des machines.
Bien reçu, nous faisons le nécessaire.
Elloran reprit son souffle :
- Vous m’avez sauvé la vie… J’allais étouffer là-dessous…
 
J’ai barré ses lèvres de l’index :
- Chhh… Calmez-vous, Elloran. On va vous soigner, vous pourrez parler plus tard.
Je me suis positionné de telle façon qu’il put poser la tête sur mes jambes. Quand l’équipe médicale 
arriva, je les priais de faire très attention, et dit « au revoir » à mon cher ami. Je ne m’expliquais 
pas comment j’avais pu l’entendre alors qu’il n’était pas en mesure de crier.
 
Mais l’essentiel, c’est qu’il était vivant. J’arpentais les couloirs jusqu’à mes quartiers…
- Commandeur Barclay ? Il me semblait vous avoir informé qu’on vous appelait sur la passerelle ?
- Data… ? Je… Je ne me souviens pas de ça, non…
- C’était il y a à-peine cinq minutes.
- C’est impossible, j’étais aux côtés de l’Enseigne Werm, à ce moment. Mais j’y vais !
 
Je courus à la passerelle, m’inquiétant de ce qui pouvait bien requérir ma présence.
- Ah, Monsieur Barclay. La station a été étudiée en fonction des informations fournies par l’Enseigne 
Werm, et cette station semble avoir subi une altération quadridimensionnelle.
- Un voyage à-travers le temps ?
- Exact. Elle est bien de l’année de votre ancêtre, mais elle a été déportée ici il y a peu.
 
Le Capitaine se tourna vers l’écran, d’où la station semblait nous dévisager.
- Et les autres hommes à bord ?
- Leur ADN est totalement décomposé et inexploitable. Seul votre ancêtre a survécu.
- Pourquoi aurait-on pris des hommes des années 1980 pour les amener ici ?
- C’est ce que nous nous efforçons de comprendre.
 
Data arriva à cet instant sur la passerelle :
- J’ai couplé les informations de l’ordinateur… Monsieur Barclay ?
- Quelque chose ne va pas ?
- Je viens à l’instant de rencontrer Monsieur Barclay… Avant de prendre le turbolift…
- Passons, Monsieur Data. Qu’avez-vous trouvé ?
 
Data lui exposa le caractère sombrement lacunaire du peu de données encore lisibles sur la mémoire 
de l’ordinateur. Autrement dit, les tenants et les aboutissants de ce transfert étaient toujours aussi 
mystérieux.
- Bien, continuez de travailler là-dessus. Monsieur Barclay, vous pouvez retourner à vos quartiers, 
nous vous appellerons si nous avons du nouveau.
 
Je me suis retiré, obéissant, et je pris la route de mes quartiers. Ni Elloran, ni « Looping »…
- Il est long, l’entretien avec Deanna…
Je me suis laissé tomber sur le lit, épuisé. Mais à-peine une heure plus tard, on sonna :
- Entrez ?
- Commandeur Barclay, le Capitaine vous fait réclamer dans son bureau.
 
Je n’aime pas beaucoup ce ton-là… Quittant péniblement mon lit, je suivis Worf et son équipe de 
sécurité jusqu’au bureau, où le Capitaine me reçut froidement :
- Monsieur Barclay, je ne sais pas si c’est la présence de votre ancêtre à bord qui vous pose à ce 
point problème, mais je vous suggère d’en parler avant de faire plus de dégâts.
- Des dégâts ? Je ne vois pas de quoi…
 
 
 
Le Capitaine avait tourné son écran vers moi : un enregistrement sur la passerelle. Un fou furieux 
renversait tout et terrorisait les gens. Il s’approcha de la caméra, et le Capitaine stoppa :
- Je… Je ne sais pas quoi dire… C’est moi. Mais je suis sûr que c’est une erreur…
Ce « Looping » vous ressemble si parfaitement que vous pourriez vous faire passer l’un pour l’autre 
seulement en échangeant vos habits
 
Mais oui !
- C’est mon ancêtre ! Il a pris l’un de mes uniformes et se fait passer pour moi !
- Je vous demande pardon ?
- Capitaine… Cet homme est tout, sauf équilibré. Il est fou, et dangereux.
- Il m’a paru tout-à-fait sympathique et même agréable. Soyez honnête, vous ne voulez pas de lui ?
 
Je pris un temps pour comprendre, et je ne pus le supporter :
- Capitaine ?! Vous ne croyez tout de même pas que je vais faire croire que mon ancêtre se fait passer pour 
moi en causant des destructions gratuites dans tout le Vaisseau, tout ça pour qu’il ne soit plus à bord ?
- Pour moi, ça se tient. Même si prendre ses habits aurait été plus convaincant.
 


Le Capitaine me fit placer sous garde solide, le temps d’éclaircir cette affaire.
« Reg’… Ne désespérez pas, je vais leur prouver que vous n’avez rien fait. »
« Elloran ? »
« Oui, c’est moi. Vous m’avez sauvé la vie, je vais sauver votre honneur. »
« Où es-tu ? »
 
Mais la réponse m’apparut aussitôt, comme si mon cerveau était directement relié au sien : sur la passerelle, 
il examinait les équipements endommagés. Quel carnage…
« Personne ne s’est inquiété de ça avec ce qui m’était arrivé, mais cela fait des heures qu’on n’a pas de trace 
de votre ancêtre. Il semble se balader dans le vaisseau sans se faire remarquer.
« Vous croyez qu’il s’est habillé comme moi ? »
 
Elloran mit un temps pour me répondre :
« Je suis passé à côté de vous il y a deux heures… Et ce n’était pas vous, je suis formel. »
« Alors j’avais raison… »
« Je ne vous ai pas ressenti proche de moi, vous étiez comme à des kilomètres plus loin. Je vais vous sortir de là, 
mais je dois encore faire poids pour que l’on accorde du crédit à ma parole. »
 
Il se tut alors.
« Elloran ? »
Plus rien. La vision de la passerelle sens-dessus-dessous s’était évanouie.
- Monsieur Barclay ?
- Conseiller Troy…
 
Deanna s’assit près de moi, l’air désolée :
- Je crains que tout ceci ne soit de ma faute... Je pense que votre ancêtre a très mal supporté votre rejet massif 
à son encontre, et son esprit était déjà trop instable pour se trouver ainsi repoussé par l’unique famille qui lui 
reste en ce monde.
- Ce serait seulement pour ça… Mais alors, vous savez que ce n’est pas moi qui…
 
Deanna acquiesça :
- Oui, je le sais. J’ai parlé au Capitaine, qui m’a dit qu’un autre lui avait déjà exposé ses doutes, mais il préfère 
vous garder sous surveillance pour éviter de vous confondre encore tous les deux.
- Ah je vois… Juste pour être sûr…
- Je sais que c’est une terrible épreuve que vous avez traversée. Mais nous vous croyons.
 
Elle me regardait étrangement, comme si elle tentait de lire mes pensées :
- Quelque chose vous perturbe, cela dit. Certains mystères vous préoccupent depuis quelques temps, et vous 
n’avez aucun indice pour obtenir un début de résolution.
- Oui… J’aimerais vous demander… Un bétazoïde peut-il transmettre des pensées sans le savoir ?
- Sans le savoir ? Que voulez-vous dire ?
 
J’ai haussé des épaules, perdu :
- Je… Je ne sais pas… Arrive-t-il que les pensées d’un bétazoïde soit entendues à son insu ?
- Oh oui, sur Bétazed, c’est une pratique courante, personne n’y fait vraiment attention…
Je l’interrompis, m’efforçant d’être aussi clair que possible :
- Non, vous ne comprenez pas… J’entends les pensées d’Elloran.
 
 Deanna me fixa comme si j’avais proféré une aberration :
- C’est impossible : vous n’avez rien de bétazoïde, Reg’.
- Mais j’entends parfois alors qu’il ne s’adresse pas à moi ! Et lui aussi !
- Là, oui, c’est logique, car Elloran est totalement bétazoïde, mais vous ne pouvez pas.
- Je vous assure ! Quand j’ai trouvé Elloran, je l’avais entendu m’appeler, mais il ne le faisait pas !
 
Deanna acquiesça :
- Il vous a appelé par télépathie…
- Non ! Il ne m’a pas appelé ! Si son esprit m’a appelé au secours, il m’a assuré qu’il ne s’en était absolument 
pas aperçu !
- Reg’, c’est impossible qu’un terrien entende les pensées d’un bétazoïde à son insu.
 
Elle se rapprocha :
- Soyez honnête : vous avez effectué une longue connexion mentale avec lui, n’est-ce-pas ?
- Oui… Deux fois, même. Vous croyez que mon esprit est altéré ?
Elle secoua la tête :
- Non. Je crois que vous et Elloran avez tissé un lien spirituel qui dépasse les lois de la télépathie.
 
L’on sonna à ma porte.
- C’est lui ! C’est Elloran !
La porte s’ouvrit, et en effet, c’était lui.
- Bonsoir Conseiller Troy… Reg’, je sais où est votre ancêtre !
- Oh, ça a l’air grave…
 
Elloran acquiesça vivement et me tira par la manche :
- Vous êtes autorisé à sortir, venez, c’est urgent !!!
Je le suivis, talonné de près par Deanna, quand enfin…
- Holodeck 3 ?
- Il est là-dedans ! Il faut le sortir de là et vite !
 
Que pouvait-il bien risquer dans le Holodeck ?
- Je crois comprendre l’urgence : votre ancêtre vient d’une époque très dangereuse, mais le bloc Holodeck 
l’a recréée à-partir de ses souvenirs, et votre ancêtre est sans doute trop perturbé pour s’apercevoir ou 
même imaginer que tout ce qu’il y voit n’est qu’une simulation…
- Et avec un esprit aussi farfelu que le sien, je n’ose imaginer ce qui se trouve là-dedans…
 
Les portes du Holodeck s’ouvrirent, et à peine ai-je passé le pas qu’une sorte de sonde faillit me tomber 
dessus, mais Elloran me repoussa à temps :
- Courez ! C’est explosif !!!
J’obéis, cherchant un endroit abrité en tirant Deanna derrière moi. Au dernier moment, l’engin éclata en 
mille morceaux, dégageant un puissant souffle brûlant.
_________________
Personne ne peut vivre à l'agonie... Personne...

(Saavedro, Myst III: Exile)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Juil - 00:44 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    science-fiction Index du Forum -> Littérature -> Vos créations -> Nostera Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com