science-fiction Index du Forum

science-fiction
Un forum sur lequel il est possible de parler de Science-Fiction, autant de la littérature que du cinéma, mais aussi du reste en général.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Fanfic sur Barclay... et quelqu'un d'autre (Part.4)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    science-fiction Index du Forum -> Littérature -> Vos créations -> Nostera
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nostera
Pro du forum

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2011
Messages: 395
Localisation: Tours
Auteur(s) préféré(s): Brussolo
Film(s) préféré(s): Les Maîtres de l'Ombre
Acteur(s) préféré(s): Dwight Schultz, Brad Dourif

MessagePosté le: Dim 24 Juil - 00:48 (2011)    Sujet du message: Fanfic sur Barclay... et quelqu'un d'autre (Part.4) Répondre en citant

 
Je m’assurais alors que tout le monde allait bien :
- Elloran ? Conseiller Troy ?
- Je vais bien, Reg’…
- Je crois que cette chose ne m’a pas touchée…
- Bon sang, mais c’était quoi, ça ?
 
Elloran s’approcha du cadavre de la sonde :
- Une bombe bourrée de plastic. Facture Américaine, probablement l’armement du Pentagone.
- De quoi parlez-vous ?
- Cet engin est un explosif datant des années 1980, conçu par l’armée des Etats-Unis.
- Passionnant… Et ça fait des dégâts ?
 
Elloran acquiesça :
- Oh oui. Le tiers de ce navire serait parti en fumée, si cette bombe avait été réelle.
- Terrifiant, dites-donc… C’est une époque violente…
- A ce moment, il y a une grande guerre entre l’Union Soviétique et les Etats-Unis. Une guerre qui 
ne touche pas ces régions du globe, car ils s’affrontent sur le territoire des autres.
 
Deanna haussa du sourcil :
- C’est plutôt lâche d’agir ainsi…
- C’est le style de l’époque…
VRPVRPVRPVRPVRPVPRRR
- Et ce bruit ?
 
Elloran avait levé les yeux au plafond : une espèce de coléoptère géant qui volait en tournant les 
ailes au lieu de les faire battre l’air, planait au-dessus de nous.
- JE MONTERAI PAS AVEC CE CINGLE ! JE VOUS PREVIENS !!!
- Allons, Barracuda, ne fais pas l’enfant…
- Qui sont ces gens ?
 
Elloran sourcilla :
- Des simulations du Holodeck basées sur le souvenir des connaissances de votre ancêtre.
- Avez-vous idée de qui il s’agit en vrai ?
- Absolument pas. Mais que font-ils ?
Le grand noir baraqué qui refusait de « monter avec le cinglé » tomba à plat ventre.
 
L’un des deux hommes qui l’accompagnait produisit une flamme et fit brûler un cigare :
- Okay, Futé. On se dépêche, le Mexique c’est pas à côté.
- Dis ça au vieux coucou qui nous survole !
- Looping, tu nous reçois ?
Krtsh… Fort et clair, Colonel ! J’amorce la descente…
 
A cet instant, un cri puissant parvint à mes oreilles :
- Yiiiiiiiiiiiii-Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!!
Et le coléoptère géant fit un cercle dans les airs avant de se poser.
- Un hélicoptère russe ! Et celui-ci n’est qu’un prototype secret !!! Reg’, vous rendez-vous compte ? 
Votre ancêtre est un pilote expérimenté !
 
Je ne savais pas vraiment si cela m’emplissait de fierté ou d’angoisse. « Looping » sortit effectivement 
de l’appareil :
- Prêt à embarquer l’ours, Hannibal !
- C’est étrange, il ne porte pas vos vêtements…
- Oui, je me demande ce qu’il en a fait…
 
 
 
Je me suis dressé à cet instant :
- Ordinateur, fin de programme.
- Ordinateur, annule cet ordre.
C’était Deanna.
- Pourquoi laisser faire ça ?
 
Deanna soupira :
- Comprenez-le, Reg’ : il a appris il y a peu qu’il est loin de son temps, il a perdu ses amis, et il est 
actuellement dans l’illusion d’avoir rêvé tout ça. Il croit sincèrement s’être réveillé d’un mauvais 
rêve et vivre comme il a toujours vécu : avec ses amis, dangereusement.
- Mais on ne peut pas le laisser dans le déni aussi longtemps…
 
Deanna secoua la tête :
- En effet. Mais il faut lui faire comprendre qu’il est dans une illusion. Tout couper brutalement 
pourrait aggraver son état de santé mentale et le traumatiser définitivement.
- Looping ! Looping !
- Tu connais des gens, ici ?
 
« Looping » se tourna vers moi et secoua la tête :
- Non. C’est sûrement une erreur, montons !
- Grand-père, je regrette de t’avoir traité comme un fou ! Mais tu dois m’écouter, je t’en prie !
« Looping » grinça :
- Ordinateur, mets le programme sur pause.
 
La simulation se suspendit, à mon grand étonnement. Il s’avança vers moi, exaspéré :
- Bon, je suis débordé, que veux-tu ?
- Tu… Tu sais te servir du Holodeck ?
- Evidemment que je sais. Une fois que ce truc a compris ce que tu veux, c’est facile.
- Tu sais que c’est une illusion ?
 
Il acquiesça, souriant :
- Que croyais-tu ? Que je m’imaginais que tout ça était vrai ? Je ne suis pas aussi fou...
- Conseiller Troy, vous prétendiez qu’il y croyait… ?
- J’ai ressenti très clairement qu’il y croyait, je ne comprends pas…
- J’ai la faculté de croire à mes propres fantaisies, chère madame la psy.
 
Je pris l’épaule de mon ancêtre, un peu hésitant :
- Ecoute, je sais que nous sommes différents, mais je n’avais pas le droit de te rejeter pour ça.
- Pourquoi viens-tu me parler de ça et me déranger, alors que je suis avec mes amis ?
- Je sais que tu as besoin de vivre ta vie, mais quand j’ai vu ce que tu as fait… J’ai eu très peur.
- Tu m’as sûrement pris pour plus fou.
 
J’ai secoué la tête :
- Je me suis surtout rendu compte à quel point ça t’avait affecté. Je suis tellement désolé…
« Looping » me sourit et me serra contre lui sans prévenir :
- Bah, mon petit, je peux pas t’en vouloir, va : je faisais peur à mes propres amis !
- Tu me pardonnes ?
 
Il acquiesça et m’étreignit encore :
- Ordinateur, fin de programme.
Toute la simulation à l’arrêt s’évanouit, et je m’aperçus qu’il portait un double de mon uniforme.
- Pourquoi avoir voulu te faire passer pour moi ?
- Oh ça ? Eh bien… Disons que j’ai sali mes frusques, alors j’ai pris ça à la place ! Il me va bien ?
 
 
Elloran et moi avons dû endurer un long test psychique pour éprouver notre « liaison » mentale… 
Nous l’avons d’ailleurs passé avec brio. Nous fûmes officiellement déclarés « premier tandem 
terrien-bétazoïde » ayant la faculté de lire mutuellement les pensées l’un de l’autre. Il ne fut plus 
question de nous séparer dès lors, notre efficacité commune ayant été par la même occasion prouvée 
un bon milliard de fois.
 
Le Capitaine permit à mon ancêtre, ou plutôt, mon jumeau comme je l’appelle maintenant, l’accès à 
une formation accélérée pour le pilotage depuis la passerelle. Il réussit plutôt aisément et put rester 
ainsi à bord de l’Entreprise
« Reg’, passes-moi la clef BXZ-16… »
« La voilà ! »
 
Elloran et moi-même avons définitivement renoncé à l’usage de la parole entre nous. A présent, 
nous communiquons sans la moindre entrave, et jamais je n’aurais cru me sentir aussi à l’aise en 
sachant que la moindre de mes pensées parvient directement à quelqu’un d’autre… Sans doute 
parce que l’inverse était également vrai.
- Commandeur, nous tous sommes assez surpris de votre façon de communiquer…
 
Je me suis tourné vers le Lieutenant Larson, qui avait émis cette quasi-question :
- Nous ne communiquons pas, Larson, nous échangeons.
- Mais que pouvez-vous bien vous dire ?
- Trop de choses à la fois pour que j’arrive à tout vous dire à la suite.
« Reg’, ce n’est un mystère pour personne, alors vas-y… »
 
Je souris à Elloran :
- Nous nous disons tout, Larson. En permanence. Tout est question de confiance.
Et je revins vers Elloran pour échanger notre poignée de main.
« Ils sont jaloux, hein ? »
« Atrocement… Ils voudraient tes faveurs, et ne supportent pas que ce soit moi que tu as choisi. »
 
J’acquiesçais, amusé :
« J’en étais certain. »
- Si vous parlez de nous, ce serait honnête de nous le dire en face !
- Va falloir vous y habituer, Larson. A votre grade, j’avais l’habitude qu’on parle tout le temps dans 
mon dos, et de préférence quand je ne pouvais pas entendre.
 
Et je m’en suis retourné à mon travail. Elloran était à l’autre bout de la pièce. Aujourd’hui était un grand 
jour pour nous : il allait passer au grade de Sous-Lieutenant. Nous dissimulions tout notre enthousiasme 
aux autres, mais entre nous, ça n’arrêtait pas. Je dis « pour nous », car tout ce qui l’affectait lui m’affectait 
directement aussi. J’avais appuyé activement son avancement, et ça avait porté ses fruits assez vite.
 
Je ne sais pas si la tension dans nos échanges se ressentait, mais nous étions survoltés. Après avoir pris 
pleinement conscience de notre étroite relation mentale, nous avons été plus qu’encouragés à développer 
ce lien et nous en servir autant que l’envie nous le commande. Et ne nous en étions pas franchement privés, 
pour être honnêtes.
Passerelle à salle des machines. Le Commandeur Barclay est demandé sur la passerelle.
 
J’ai acquiescé :
- Ici Barclay, bien reçu, j’arrive. Lieutenant Larson, je vous laisse la salle des machines.
Je quittais la pièce en laissant une pensée à Elloran :
« On reste en contact, je reviens très vite. »
« Salue ton jumeau de ma part. »
 
 
 
Enfin parvenu à la passerelle, je reçus une marque chaleureuse de la part du Capitaine :
- Monsieur Barclay, pouvez-vous interrompre quelques secondes les communications… ?
J’ai sourcillé, un peu hésitant. Mais c’était sûrement un ordre…
« Désolé, Elloran, ça doit être confidentiel… »
« Pas de souci, Reg’. J’attendrai que tu reprennes l’échange. »
 
Je me suis concentré, et brutalement, je ressentis un vide immense, que je n’avais plus ressenti depuis 
des mois… Le vide que la présence d’Elloran comblait.
- C’est bon, Monsieur Barclay ?
- Ou… Oui, Monsieur…
- L’Enseigne Werm a obtenu le grade de Sous-Lieutenant, et je sais comme ça vous importe.
 
J’ai acquiescé :
- Werm est bien plus qu’un simple collègue de travail, Monsieur…
- Nous avons pensé faire une petite surprise ce soir, et nous avons besoin que vous l’orientiez sans qu’il 
ne sache ce qui se passe, pour être sûrs qu’il y sera. Voici le plan… Vous pourrez lui cacher ça ?
- Ce sera très difficile de lui interdire l’accès à cette information… Mais je vais essayer.
 
Je m’efforçais d’enterrer ça dans un endroit bien replié de mon cerveau, et j’ai relâché mon attention, 
sentant Elloran revenir aussi vite qu’il était parti.
« Eh bien, qu’y avait-il de si secret ? »
« C’est toujours un secret. J’ai l’ordre de ne le révéler à personne, alors je t’en prie, n’essaie pas de savoir 
de quoi il s’agit. »
 
Elloran ne parut pas tenter de forcer mon esprit. J’abordais alors mon jumeau :
- Eh, Looping !
- Bien l’bonsoir, petit frère !
- Tu as le bonsoir d’Elloran.
- Je te demande pas de lui transmettre le mien, je sais que c’est fait en direct.
 
Je repris la route vers la salle des machines, tâchant de mon mieux de bloquer l’accès à la petite fête-surprise. 
Heureusement, ça n’allait pas rester longtemps secret. Ce qui me peinait, c’était qu’Elloran semblait mal prendre 
le fait que j’aie verrouillé ma conversation d’avec le Capitaine.
- Larson, vérifiez le pulseur d’énergie. La conversion du champ semble perturbée.
- Tout de suite, Commandeur !
 
Larson se précipita au pulseur. Elloran tâchait de se concentrer sur son travail, mais il finit par apposer ses paumes 
sur sa console :
« Reg’, qu’est-ce-que je t’ai fait ? »
« Mais… Rien. Le Capitaine m’a transmis une information confidentielle, que je n’ai pas le droit de communiquer, 
que ce soit à toi ou à qui que ce soit d’autre. Les ordres sont les ordres. »
 
Elloran soupira, l’air appesanti par ce mystère :
« Je ne vais pas aller le répéter à tout-venant, tu le sais… On se dit tout. »
« Oui, mais ça je ne peux vraiment pas. Nos deux grades sont en jeu : si on apprend que j’ai désobéi, je peux être 
dégradé, et toi, tu pourras rêver encore des années à ton nouveau grade. »
« A ce point-là ? Oh, désolé… Je… Je ne vais pas en reparler. »
 
Il reprit son travail comme si rien n’était, pourtant je sentais la peur et la frustration s’entremêler dans un curieux 
cocktail de sentiments déphasés. Bien, cela me dégoûtait de lui mentir de la sorte, mais je voulais vraiment laisser 
la pleine surprise. Et puis, je pense qu’il me pardonnerait : une fête avec le Capitaine est une fête réussie. 
Non, ça ne peut pas rater.
- J’ai trouvé la faille dans le champ, Commandeur. Prêt pour la réparation.
_________________
Personne ne peut vivre à l'agonie... Personne...

(Saavedro, Myst III: Exile)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Juil - 00:48 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    science-fiction Index du Forum -> Littérature -> Vos créations -> Nostera Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com